Ce Buzz dont tu es le héros, dans 20 Minutes et le New-York Mag !

20minutes

David Carzon consacre aujourd'hui dans , un article sur la tendance "Le Buzz dont vous êtes le Héros", en mettant en exergue notre semaine Jean Claude Van Damme.

En effet les stratégies de Buzz actuelles, ne fantasment plus que pur une seule égérie : VOUS !


Vous l'Internaute Influenceur, la Blogueuse Sponsorisée, le Creative User Mercenaire, ... qui adore l'idée de jouir d'une Notoriété spontanée Warholienne, construite à l'aide des marques, un adepte du Personnal Branding ou un membre de la secte américaine "Microfame Game" décryptée également par le dernier New York Mag.

Un million de mercis à vous tous !

Vignette_darkplanneur_jcvd

This is the end...C'est le final de notre semaine JCVD, une semaine qui a rencontré un succès "multimédia" allant au delà de nos espérances Blogosphère, Wat, TF1, LCI, France Info... plus d'1 million de personnes exposées à nos créations, nous n'en espérions pas autant!
Merci à vous tous, qui avez rendu cette aventure possible...enfin un vrai projet collaboratif 2.0 old school
On va essayer de n'oublier personne ...en attendant une dernière vidéo pour la route : )

Merci "1to1" à :

Fred Bénudis et Benjamin Legren de , qui ont été des complices extraordinaires !
La boite de production , , et , qui ont donné corps à nos extravagances créatives.
Les médias : TF1,TF1.fr,LCI, Le Post, Mr David Abiker de France Info, Frisson Break de Ciné Frisson, Benoit de ,L'équipe de , Mathieu de , , Piers de .

A nos amis contributeurs Blogueurs:
(Mr Emery), notre incontournable vieille canaille !
Les actors studios et !
Les Glamours Girls : ( (darling niçoise), (so fashion), B(So Mythique !), (So chienne !), (So Geek !), (So Berebi !), Liv de (So Doublage !)
Les très VIP Guest : , , , , , , , , , , , , Derec, Selim.
Les Vandamaniacs : , et .

Aux VIP Influenceurs:
, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , Kwalikwa, , Zaping du Web.

Le détournement de JCVD par Lobo

Lobo_lobofakes

Vous connaissiez les glouteries du fameux entarteur belge Noël Godin, vous rigolez aux imitations des comiques (Canteloup, Le Coq..), , le roi de la palette graphique et des fakes, qui donne une vision très personnelle de son JCVD à lui...

JCVD en Mâleeee de Jean-Paul Gaultier, voilà qui est prometteur..
Le reste à découvrir dans son livre, La Retouche.

Curated by

Jean Claude Van Damme Intime avec Jean Claude...

Vignette_darkplanneur_jcvd

Nous avons interrogé Jean Claude Van Damme, et Fred Benudis pour percer le mystère Van Damme...Intimité !

La Belgitude de JCVD

Belgitude

Interview sans culotte...avec JCVD (partie 2)

-"Pas vraiment, rappelez-vous, vous m’avez dit aimer les femmes surprenantes...

-Yes, mais je ne vous vois plus

-Devinez- moi, devinez ce que je pense en ce moment

-You’re crazy...

-On est tous un peu fous, et vous aussi non, vous aimez les femmes un peu crazy !"

Toute la démesure de son audace aurait dû la pousser à arrêter immédiatement ce jeu corrupteur. Mais bien que consciente d’une éventuelle réaction réprobatrice de la part de JCVD, elle avait poursuivi la tendance de manière plus explicite en guidant ses mains sous les pans de sa robe entrouverte. Il n’avait pas résisté, bien au contraire, et subrepticement avait entrouvert ses yeux pour se délecter de la dérive sensuelle de Laura, qui, le souffle plus court, le regard plus fluide, n’avait pas prêté attention à la clandestinité de son regard.

Toutes paroles étaient devenues soudain superflues pour l’un, comme pour l’autre, seule une attirance imprévue et spontanée avait guidé le moindre de leur geste.

L’interview reléguée dans une autre dimension s’était teintée de lubrique irrationnellement partagé, tellement dominant, que le repli n’était presque plus envisageable.

Pourtant, elle s’était saisie des lunettes posées sur la table basse, et les avaient tendues à Jean Claude, pour qu’il camoufle ce regard inquisiteur enrobant sa féminité.

Elle aurait aimé à cet instant, profondément empreinte d’un fantasme utopique, qu’il enlève son tee-shirt, qu’il lui ôte sa robe, qu’il l’attire à lui, qu’il exprime son désir autrement que par un regard consenti et explicite. Il aurait peut être souhaité qu’elle pousse plus loin ses audacieuses attitudes de journaliste délurée, qu’elle l’entraîne malgré lui vers les dérives de l’interdit, mais elle ne le saurait jamais.

Ils avaient réprimé mutuellement et de manière complaisante, cette attirance par trop impulsive, l’un et l’autre envahis par une frustration légitime, mais oh combien plus rationnelle qu’une dérive dangereusement blâmable.

Il avait chaussé sa monture teintée, et avait continué à la dévisager dans le plus grand silence, perdu dans ses pensées .Elle avait été bien incapable à cet instant de déchiffrer le moindre décryptage dans le regard égaré de Jean Claude.

"Tu es très attractive...a combination du corps et de l’esprit"

-Attirante en français

-Oui c’est ça attirante, but, j’ai arrêté avec toutes les conneries, JCVD is another man maintenant

-Agréable ...

-Même si tu ne comprends ce que je te dis, tu le comprends

-Et toi tu peux comprendre, que tu puisses faire fantasmer certaines femmes comme moi

-Of course, sorry...nous sommes en phase mais ...

-Okay, Jean- Claude, je crois que j’en ai plus appris qu’avec une simple interview, je vais te laisser, c’est mieux ainsi »

Elle s’était éloignée, il l’avait suivie des yeux, enveloppant sa silhouette chaloupée d’un regard empreint de frustration non avouée.

Elle l’avait embrassé sur la joue, avait ouvert la porte, lui avait jeté un dernier regard concupiscent.

Par trop chaviré par l’audacieuse journaliste, il lui avait enlacé la taille, posé un baiser dans le cou .La proximité des deux corps avait momentanément rallumé la flamme du désir, mais il avait relâché l’étreinte. Elle était sortie.

Une fraction de seconde plus tard, se précipitant dans le couloir, il l’avait rappelé.....

« Laura, viens à la soirée JCVD au « VIP ROOM », la nuit sera longue, lui avait-il dit en lui tendant un carton d’invitation, okay ? »

Il avait assorti son geste d’un clin d’œil complice.

« Okay, Jean Claude, bye, je viendrai »

Cannes et son festival renferme bien des secrets de couloirs avait-elle songé en quittant le palace.

Encore empreinte de légèreté et de lubricité, elle se réjouissait déjà de cette nouvelle rencontre à venir avec la movie star...

© 2008 Mystérieuse

*"Aiguilles- Bas sans dessous", un blog au féminin de nouvelles érotiques, dont la blog auteur, Dominique, alias Mystérieuse, a été récompensée du premier prix dans la catégorie « Littérature –Nouvelles érotiques » au Festival de Romans de l'expression sur Internet en avril 2008.

Elle aime ouvrir le boudoir de ses pensées à ses lecteurs au travers de ses nouvelles, taquiner l'imaginaire dans ce qu'il a de plus sensuel et érotique, sans jamais tomber dans la vulgarité, fervente protectrice de la féminité avec un grand F et de la séduction avec un grand S

Sa devise:

"Le désir n'est pas ce que tu vois, mais ce que tu imagines"

interview sans culotte à Cannes...avec JCVD (Partie 1)

Photo_volee_2

Nous ne pouvions imaginer une semaine thématique JCVD, sans lui donner une touche érotique, nous avons donc laissé l'imagination de * divaguée, dans une nouvelle érotique avec Van Damme comme héros !



Mister JCVD

il n’est pas de grande utilité d’être d’origine cannoise, si ce n’est pendant le Festival du cinéma.

Forte de cette auto persuasion, Laura s’était octroyée quelques jours de congé sur la Cote d’azur, avec la ferme intention de ramener dans ses bagages une interview qu’elle pourrait à discrétion, dès son retour sur la Capitale soumettre à la rédaction du magazine en ligne féminin, pour lequel elle travaillait.

Un scoop, un entretien particulier avec un personnage hors norme, tel était le but qu’elle s’était fixée bien avant son départ.

Tout l’intérêt d’être native de Cannes réside dans le fait que les connaissances locales vous ouvrent certaines portes des hôtels prestigieux de la Croisette souvent fermées aux festivaliers en quête de sensations fortes.

Consultant son agenda téléphonique, elle avait appelé son ami d’enfance, qui travaillait, quelle aubaine à la conciergerie du Carlton depuis de nombreuses années déjà.

« Salut, c’est Laura, je suis à Cannes pour quelque jours, j’ai un service à te demander

-Bonjour ma belle, je t’écoute

-Jean- Claude Van Damme est au festival, dis moi par hasard serait –il au Carlton ?

-Effectivement, il arrive demain, mais ...

-S’il te plait, pourrais tu me donner le numéro de sa chambre, je dois faire une interview et...

-Te rends –tu compte de ce que tu me demandes ?

-S’il te plait ...

-Ecoute, c’est bien parce que c’est toi, passe à l’hôtel je te donnerai un passe et le numéro de la chambre, mais pas un mot, à personne, tu m’entends.

-Ok, t’es un amour, tu peux compter sur moi. »

Une grande émotion l’avait envahie, elle allait pouvoir approcher le grand JCVD, mais la partie n’était pas gagnée, restait à convaincre la star !

Le jour J, elle avait composé le numéro de la chambre, une grande fébrilité au bout des doigts.

La sonnerie avait retenti une fois, deux fois, trois fois ...puis soudain un « hello » retentissant et ferme l’avait accueilli à l’autre bout du fil.

« Jean Claude Van Damme ? »

Quelle idiote, bien sur que c’était lui, son accent français américanisé ne permettait aucun doute.

« Oui, Jean-Claude Van Damme

-Bonjour, je m’appelle Laura, et je souhaiterai vous rencontrer pour un entretien, je bosse pour un magazine féminin en ligne

-Comment avez-vous eu mon numéro ?

-Juste parce que je le voulais, l’envie vous voyez, de connaître Jean Claude Van Damme et surtout, en marge de votre personnalité, découvrir votre rapport avec les femmes.

-Je ne sais pas qui vous êtes !

-Laura !

-Ecoutez Laura, je suis overbooké

-Un entretien au féminin, une autre image que celle de Monsieur muscle, une version plus sensible, plus émotive

- Je suis là pour la sortie de mon nouveau film, pas pour ...

-Un rêve pour moi de vous rencontrer, please, laissez moi le réaliser, vous avez dit vous-même que le rêve est une sensation réelle qui se produit si on le veut.

-J’ai dit ça moi ?

-Oui, absolument

-Bon, it’s okay, vous avez gagné

-Oh merci...ou voulez-vous que ...

-A l’hôtel vers 17 heures, je suis descendu au Carlton, voulez-vous le numéro de la chambre ?

-Ben je l’ai !

-Bye Jean –Claude, à tout à l’heure !

A l’heure dite, elle s’était frayée un passage au milieu de la foule de badauds squattant l’entrée du palace en quête de quelques photos volées de stars adulées.

Préférant accéder à l’étage à pied, elle avait gravi les marches du grand escalier de marbre jusqu’au première étage.

Légèrement, mais élégamment vêtue, elle avait laissé dans la trace de sa silhouette des senteurs de parfum aux pouvoirs érotiques. Elle avait souhaité, par professionnalisme, mettre toutes les chances de son côté, quitte à paraître décalée.

Mais, connaissant les faiblesses masculines, elle avait soigné, avec un soin très particulier, sa toilette, robe fluide, épousant ses formes à chacun de ses pas, décolleté suggestif et non provocateur, talons aiguilles...

C’est ainsi, qu’elle avait, avec beaucoup d’assurance, mais aussi beaucoup de fébrilité, sonné à la porte de la suite de Jean- Claude.

Il lui était apparu, dans l’embrasure de la porte, souriant, arborant fièrement t-shirt moulant noir décolleté en V, jeans et une paire de lunettes cerclées légèrement teintées dévoilant son regard dans une intimité particulière.

« Laura ?

-Oui, enchanté Jean-Claude, merci de me recevoir »

Elle lui avait tendu une main ferme et si féminine à la fois

« Asseyez-vous, je vous en prie »

Par trop excité, par l’aventure qu’elle était en train de vivre, elle avait occulté le décor, et s’était assise sur le premier fauteuil à sa portée avait

« Tu as le canapé si tu préfères

-Oh oui, merci, je suis un peu émue, mais ne m’en veuillez, je suis si ...

-Tu veux boire quelque chose, un thé, un café, un jus de fruit

-Un thé glacé, c’est possible ?

-Tout est possible ici »

Il avait commandé un thé au service room, puis s’était assis face à elle.

Elle s’était lancée, presque instinctivement:

« Voilà, Jean –Claude, dans votre dernier film, vous vous dévoilez de manière, je dirais plus intime qu’à l’ordinaire, et j’aimerais savoir qui se cache derrière la star, la face cachée de JCVD, ses ressentis par rapport aux femmes »

Il l’écoutait en la dévisageant, sans dire un mot, camouflé, partiellement derrière la légère teinture de ses verres de lunettes. Cette attitude était pour le moins déconcertante, mais elle n’en avait laissé rien paraître, poursuivant son interview, le plus posément possible.

"

Je ne prendrai pas de note, juste un dictaphone, j’ai un défaut j’aime regarder les gens quand ils me parlent"

-Okay !

Elle avait mis le dictaphone en fonctionnement.

Trois coups légers à la porte de la chambre avaient interrompu la discussion. Il s’était levé ouvrir, elle avait détaillé l’homme des pieds à la tête, savourant avec délectation la morphologie quasi parfaite de cet esthète.

Elle avait découvert, un homme séduisant, pas du tout à l’image de ce qu’elle aurait pu imaginer. Une certaine sensibilité émanait de sa personne, avant même qu’il n’ait dévoilé aucun de ses ressentiments, face à la gente féminine.


"C’était le room –service, voilà ton thé"

-Merci, reprenons. Jean –Claude, quel est votre rapport avec les femmes.

-Je suis surpris !

-De ma question ?

-No, de la femme assise en face de moi !

-C’est la réponse à ma question

-Un peu, j’aime les femmes surprenantes

-Oui bien et en quoi suis-je surprenante ?

-Séduisante parce que simple et en même temps compliquée, you know ?

-Non, pas vraiment...Qu’aimez-vous chez les femmes, qu’est ce qui pourrait vous faire craquer

-Je ne sais pas draguer, mais j’aime les voix, j’aime les femmes cérébrales

-Attitiude, you know attiitude

-Oui un comportement

-Voilà, un comportement

-Etes-vous sensible à la beauté féminine

-Yes, of course, comme tous les hommes je crois, mais derrière le physique, se cache le cérébral, tu vois le cérébral, le regard...

-Le regard, mais encore

-Tu vois ton regard, il me parle...par exemple »

Il s’était enfermé dans une bulle, ponctuant ses attitudes de silences inopinés, laissant Laura dans l’embarras. Il la regardait fixement sans aller plus avant dans ses explications aussi inextricables qu’imprévisibles

Désemparée par son comportement, elle s’était laissée enfermée stupidement dans une ambiance relativement intime.

"

Les femmes sont une faiblesse for me, quand je sens attirance, je suis weaker comment dit-on en français weak"

-Faible

-C’est ça, plus sensible

-Et diriez-vous que vous vous sentez fragile face à moi ? Pouvez-vous enlever vos lunettes ? »

Ils les avaient posées sur la table basse, et avait bu un verre d’eau visiblement gêné par la tournure que prenait l’entretien.

Laura, après avoir momentanément coupé le dictaphone, s’était levée et rapprochée de lui, empreinte d’une soudaine émotion face à cette movie star lui dévoilant ses faiblesses masculines.

L’amalgame de l’esthétisme sculptural et d’une sensibilité à fleur de peau était pour le moins séducteur, et par audace ou par jeu, elle s’était faite soudain plus ensorceleuse.

" Vous l’adepte des rapports philosophiques voir cérébraux avec les autres, vous qui prônez l’instant dans ce qu’il produit de merveilleux, vous prêteriez-vous vous à une expérience si je vous le demandais"

-What ?

-Savez-vous ressentir les ambiances, les ressentez-vous là en ce moment ?

-Je vois une femme séduisante ...

-Je vous séduis donc, est-ce cela votre rapport avec les femmes, être séduit par la beauté, le charme ?

-Oui, mais je vois plus loin derrière

-Fermez les yeux, que voyez-vous ?

-You fester me

-Vraiment, je vous trouble ? Alors fermez les yeux. »

Cette star, symboliquement assimilée à un monsieur muscle, dévoilait sous ses yeux, une défaillance humainement logique, et cette dérive de plus en plus intime avait éveillé chez Laura, une attirance charnelle qu’elle n’avait même plus essayé de réprimer.

Plus que le people médiatisé, c’était l’homme qui l’attirait, pour sa douceur et sa soudaine docilité.

Il avait fermé les yeux, Laura avait ressenti une certaine fébrilité dans son comportement, en avait profité pour jouer les corruptrices.

« Laura, where are you ? »

Elle n’avait pas répondu immédiatement, décryptant une certaine impatience chez son interlocuteur

"Laura ?"

Je suis là, regardez

Ce disant, elle avait pris ses mains et les avait posées sur ses hanches.

Il avait réprimé un frisson au contact de ses rondeurs, mais s’était laissée aller à une exploration plus méticuleuse de la silhouette de la jeune femme, remontant sur ses hanches jusqu’à sa taille, puis plus haut jusqu’à la naissance de ses seins.

"We move away from subject"

-Pas vraiment, rappelez-vous, vous m’avez dit aimer les femmes surprenantes...

-Yes, mais je ne vous vois plus

-Devinez- moi, devinez ce que je pense en ce moment

-You’re crazy...

-On est tous un peu fous, et vous aussi non, vous aimez les femmes un peu crazy ! »

DEUXIEME PARTIE DEMAIN..

© 2008 Mystérieuse

*"Aiguilles- Bas sans dessous", un blog au féminin de nouvelles érotiques, dont la blog auteur, Dominique, alias Mystérieuse, a été récompensée du premier prix dans la catégorie « Littérature –Nouvelles érotiques » au Festival de Romans de l'expression sur Internet en avril 2008.

Elle aime ouvrir le boudoir de ses pensées à ses lecteurs au travers de ses nouvelles, taquiner l'imaginaire dans ce qu'il a de plus sensuel et érotique, sans jamais tomber dans la vulgarité, fervente protectrice de la féminité avec un grand F et de la séduction avec un grand S

Sa devise:

"Le désir n'est pas ce que tu vois, mais ce que tu imagines"

Le Cul de Jean Claude Van Damme par BlaBlaBlaect...

Jcvdbutt

Curated by


Le JCVD Look

Nizzzagirl

Leçon de fashion style vandammien avec , une modeuse niçoise hype&chic..







Van damme, Marque et Egérie publicitaire

Joe_3


JCVD vantant les mérites d'une marque chewing gum japonaise à la caféine, ça déménage forcément et cela permet d'installer son image de fighter..Nous sommes à l'origine du mythe..


JCVD dans un rôle atypique, celui d'un personnage de jeu-video, une campagne internationale qui permet à Van Damme de toucher toutes les couches de la population internationale, surtout celles qui n'ont pas grandi avec ses films.

Vidéo Star

Darkplanneur's Social Media